5 obstacles que j’ai dû surmonter avant de démarrer ce blog

5 obstacles que j’ai du surmonter avant de démarrer ce blog

Lorsqu’on a envie de réaliser un projet, on heurte presque toujours à des contraintes. Elles peuvent être de nature extrinsèque (quand elles résultent de l’environnement extérieur) mais aussi et surtout, intrinsèque (quand elles sont le résultat de nos actions, inactions ou pensées).

Dans cet article, je vous présenterais celles qui ont été les miennes avant la création de ce blog. Je vous dirais aussi comment je suis passée outre pour atteindre mon objectif.

1. La planification abusive

Ça fait déjà plusieurs années que j’ai ce blog en projet. J’en avais besoin pour partager mes idées, pensées et expériences tout simplement. L’aspect « services » ne s’est ajouté qu’il y a peu.

En 2017, quand j’ai eu enfin le courage de me lancer, la première chose que j’ai voulu faire a été de tout planifier : les sujets à aborder, le calendrier éditorial, les plugins WordPress à déployer, et tout le reste.

Je précise que ce n’est pas mauvais de vouloir organiser ses travaux, au contraire. Il est important de savoir où l’on va pour évoluer au mieux.

Mais dans mon cas, la planification est une activité ludique, donc j’y prends énormément de plaisir. J’ai tendance à oublier que ce n’est pas la finalité.

Pour combattre ce petit défaut, mon arme secrète c’est la spontanéité. Eh oui ! Je me suis levée un matin et puis je me suis dit  » fais-le « . Et voilà ! C’est aussi simple que ça.

2. La surinformation

Aujourd’hui, Nous avons la chance de pouvoir apprendre presque tous les domaines qui nous intéressent sans nécessairement retourner sur les bancs d’école. Tutoriels, livres, résultats de recherches scientifiques, nous avons tout à portée de clics. Longue vie à Internet !

Dans la même lancée que précédemment, j’ai écumé les sites web à la recherche d’informations pour créer le meilleur blog du monde. Je l’imaginais entre autres référencé par tous les moteurs de recherche, et avec un thème qui fasse l’unanimité (j’étais loin du compte, je sais 🙂 ).

À l’époque je me suis mise en tête de connaitre toutes les techniques de référencement naturel et de tester tous les thèmes gratuits que je trouvais. Résultat : je n’ai jamais pu me servir des connaissances SEO acquises, et je n’ai jamais utilisé aucun des thèmes testés.

Si l’on ne fait pas attention, on se retrouve très vite victime d’une overdose d’informations. Et dans ce cas, il n’y a logiquement plus de place pour l’action, car on est vidé de son énergie avant même d’avoir commencé.

Il faut savoir faire le distinguo entre les informations utiles et celles qui ne le sont pas. Ici, le discernement est la clé.

3. La peur

La peur est sans aucun doute l’émotion que nous devons tous combattre au quotidien. Ce mot à quarte lettres factorise à lui seul nos plus grosses craintes : le rejet, le jugement, l’inconnu, etc.

J’avais peur de me dévoiler sur Internet auprès d’inconnus, et pire encore, des gens de mon entourage. Et oui, parce que nous passons nos vies à porter des masques, nous avons parfois plus de facilité à nous montrer tel que l’on est, devant des personnes qui ne nous connaissent pas. Mais en réalité, il n’y a pas de honte à être soi.

J’avais également peur d’être critiquée. Je suis en générale très sensible à ces choses-là. Consciente de cette faiblesse, j’ai voulu me prêter à cet exercice pour accueillir les critiques qui visent l’amélioration, et me rendre imperméable à celles qui sont négatives.

Pour avoir du courage, il faut selon moi, pouvoir se souvenir des enjeux définis.

4. Le syndrome de l’imposteur

Je dois avouer qu’écrire pour un autre blog m’a aidée à lâcher prise. J’étais euphorique quand l’occasion m’a été donnée de le faire. Mais au bout d’une semaine, j’ai été envahie par le doute. Je me posais des questions comme :  » Est-ce que je suis vraiment à la hauteur ?  » ,  » Je n’ai aucune formation ni expérience en tant que rédactrice. Est-ce qu’ils ne vont pas se rendre compte de mes lacunes et arrêter de travailler avec moi ? « . Cette période de questionnements était relativement difficile.

Quand j’ai acheté le nom de domaine de ce blog, les mêmes questions sont revenues de façon plus intense.

Je crois que dans ces cas-là, la confiance en soi est le meilleur médicament. Si les autres voient en vous une étoile qui brille, arrêtez-vous et prenez le temps de l’apprécier. Et même si vous êtes seul(e) à la voir, elle en vaut la peine.

5. La recherche de la perfection

Nous avons pour habitude d’attendre le moment idéal ou attendre d’avoir les meilleurs outils ou encore, attendre de connaitre les personnes qu’il faut avant de se lancer. Tout cela n’a à dessein que de créer une oeuvre parfaite. Mais comme dit le dicton : « la perfection n’est pas de ce monde ».

Si nous en avons conscience, pourquoi nos projets sombrent dans notre quête vers cette licorne ? Tout simplement parce que cette vérité qui semble absolue, est une pilule dure à avaler.

Je pense que l’objectif devrait être l’amélioration continue. Mais avant cela, il faudrait s’autoriser à échouer. Car cette amélioration tire beaucoup de valeur de ce que l’on apprend quand on est en situation d’échec.

🤸

Nous arrivons au terme de ce billet. J’espère qu’il vous sera utile. Si vous avez des pensées à partager avec nous sur le sujet, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Tous droits réservés

Publié par Junie Maffock

I just couldn't bring myself to fill out a box.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :